Les notions de base pour utiliser sa machine à coudre

Vous ne savez pas comment fonctionne cette machine à coudre que vous voulez apprivoiser ? Après ces quelques lignes, vous en connaîtrez déjà les bases de fonctionnement. Ayez confiance, et suivez le fil 😉 !

Les fils, parlons-en justement

  • La piqûre à la machine se fait grâce à 2 fils, qui se nouent ensemble à chaque fois que l’aiguille pique le tissu. Il faut donc deux sources de fils différentes, à savoir :
    • La bobine, directement celle que vous avait achetée.
    • La canette, cette petite bobine miniature spécifique à la machine à coudre. Le bobinage, c’est-à-dire le fait d’enrouler le fil dessus, se fait sur la machine à coudre, à partir de votre fil de bobine (nous en parlerons précisément dans un autre article).
  • Chaque fil doit respecter un chemin d’enfilage bien particulier. Sinon la piqûre ne se fera pas correctement.
    • De la bobine, installée sur le dessus de la machine, jusqu’au chas de l’aiguille, il y a plusieurs points à passer sans y déroger.
    • La canette doit être mise dans le bon sens de déroulement du fil dans son fourreau et le fil installé entre des petites encoches puis sorti à travers le trou de la plaque d’aiguille. Mais là aussi je vous en parlerai bientôt dans un article entièrement consacrée à la canette.

Là il faut suivre les instructions du mode d’emploi de votre machine car ce chemin peut varier pour chaque machine. Mais ne vous en faites pas, à force d’utilisation, l’enfilage devient vite instinctif.

  • Il y a souvent un coupe-fil, son emplacement peut varier selon les machines (derrière le porte-pied-presseur, ou sur le côté gauche). Il permet de couper les fils à la fin d’une couture plus rapidement qu’avec les petits ciseaux et en laissant la longueur de fil nécessaire après le chas de l’aiguille pour la couture suivante.

Le pouvoir est dans la pédale !

Une fois l’interrupteur de la machine à coudre allumé, c’est grâce à la pédale que vous mettrez en route le mouvement de l’aiguille. Et comme l’accélérateur d’une voiture, plus vous appuierez dessus, plus l’aiguille de la machine ira vite !

Vous pouvez régler le niveau de vitesse maximale (celle obtenue quand vous appuyez au plus fort sur la pédale de la machine) grâce au curseur de réglage de la vitesse, un peu sur le même principe que le régulateur de vitesse sur une voiture. La machine n’ira pas plus vite, cela permet de ne pas se laisser surprendre, surtout quand on n’est pas encore très à l’aise.

Le pied-presseur

Situé en-dessous de l’aiguille, le pied-presseur sert à plaquer le tissu contre les griffes d’entrainement qui vont faire avancer le tissu à une vitesse synchronisée à celle de l’aiguille.

Il en existe différents types, spécifiques selon le travail de couture à réaliser.

Pour le travail de couture de base, c’est le pied universel. Il y a aussi par exemple le pied pour fermeture à glissière, plus fin pour pouvoir coudre au plus près des dents épaisses de la fermeture Eclair, et celui en Téflon pour coudre les tissus synthétiques comme le similicuir. Il en existe bien d’autres encore, mais avec cela déjà, il y a de quoi faire !

La table de rallonge

Une partie du socle, la table de rallonge, peut être retirée. Avec, cela offre un grand appui plat pour bien positionner votre tissu. Sans, il reste le bras libre, plus étroit qui permet de travailler de petites coutures plus difficiles ou en rond comme sur les emmanchures.


Après ces notions générales, nous pouvons entrer dans les détails : comment préparer une couture à la machine. Pour cela, je suis en train de vous préparer différents articles ! Alors à très vite 😉 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *